Les secteurs

Secteur professionnel

professionnelLa filière des événements professionnels évolue de manière positive dans un contexte de croissance atone du PIB.
Les grandes tendances sont les suivantes :
- des salons professionnels qui s’inscrivent dans une dynamique particulièrement positive pour accompagner les exposants vers la sortie de crise,
 - des foires généralistes innovantes et attractives pour le grand public,
 - un nombre de congrès organisés dans les sites d’accueil dédiés en hausse et un nombre moyen de congressistes également en progression,
 - des dépenses pour les événements d’entreprise en reprise et des participations moyennes par événement en hausse,
 - un investissement dans les équipements d’accueil d’événements particulièrement soutenu.

Les événements professionnels constituent de puissants leviers de développement et de changement, notamment par la promotion de l’éco-responsabilité événementielle. Regroupant de nombreux collaborateurs, des professionnels ou le grand public, les événements professionnels permettent de promouvoir les nouvelles solutions responsables s'intégrant dans la démarche d’innovation sociale, environnementale et économique. S’engager dans une démarche développement durable, c’est la garantie d’une stratégie de développement économique en cohérence avec les attentes du marché.


Secteur sportif

sportifEnviron 2,5 millions d’événements sportifs sont organisés en France chaque année. Ce chiffre regroupe les événements sportifs locaux, régionaux, nationaux et internationaux, organisés par le mouvement sportif (clubs, comités, ligues, fédérations affinitaires ou délégataires, olympiques comme non-olympiques), par les collectivités territoriales ou par des sociétés privés. Ces événements sportifs peuvent être des compétitions de natures différentes:
 - Les manifestations sportives fédérales (sportifs amateurs et de haut niveau),
 - Les événements type spectacles et « shows » (sportifs professionnel),
 - Les nouvelles manifestations sportives de masse hors cadre fédéral,
 - Raids ou défis aventure.

Un événement sportif par essence a des impacts sur l’environnement (nécessité de réduire ces impacts négatifs) et sur milieu économique et social.
L’éco-responsabilité est de la responsabilité de l’organisateur. Même si l’éco-conditionnalité n’a pas encore été généralisée, le train est déjà en marche !
D’ailleurs, de grandes structures sportives internationales telles que les Jeux Olympiques 2012 de Londres, la Fédération Française de Tennis (Roland Garros) ou encore la ville de Paris (accueil de l’Euro 2016) ont déjà obtenu la certification ISO 20121…
Chiffre Ministère des Sports qui intègrent le développement durable dans sa conception et son organisation.


Secteur politique et institutionnel

institCollectivités territoriales, ministères et autres organes déconcentrés et décentralisés organisent de nombreux événements politiques et institutionnels. L’événement est la première image de la France (à l'échelle globale, régionale, départementale ou encore communale) que le public, visiteurs et invités remarquent. En tant qu’organe public, il est essentiel de proposer aux collaborateurs, prestataires, partenaires un système de management de projet responsable.
Les sommets politiques, les cérémonies, ou encore les conférences peuvent être des leviers d’évolution des comportements, de sensibilisations et de mise en avant de solutions responsables. Des événements tels que la conférence donnée par la Mairie de Paris pour présenter sa « charte pour des événements éco-responsables" en sont l'exemple même.


Secteur culturel

culturelLes 1219 festivals recensés en France en 2015 festivals accueillent de plus en plus d’adeptes (191 000 pour le plus grand) et les 1220 musées recensés en 2015 ont accueilli 63 millions de visiteurs. L’événementiel a pris une place de plus en plus importante dans l’ensemble de la vie culturelle, révélant ainsi une montée en puissance de l’événementiel et de son économie. On observe plusieurs types d’événements culturels :
Les très grands événements : Emblématiques de l’événementiel, ils réunissent tous les critères : création ; massification et élargissement du public recherché ; concentration dans le temps et dans l’espace ; unicité de l’événement qui n’exclut pas la récurrence : l’événement n’aura lieu qu’une seule fois sous cette forme (changements imposés d’une année sur l’autre).
Exemples : la Nuit blanche (Paris), la Fête des lumières (Lyon), les Capitales européennes de la culture (Avignon, Lille).

Les événements culturels thématiques, les rendez-vous. En général dédiés à un genre artistique, ils mêlent les publics. Souvent, ils deviennent de véritables institutions culturelles et s’organisent alors dans la durée (partenariats financiers, équipe permanente). Historiquement, les festivals constituent cette forme première d’événementiel.
Exemples : le Festival international du court-métrage (ClermontFerrand), le Festival mondial des théâtres de marionnettes (Charleville-Mézières).

Les événements fondés sur une mise en scène des lieux (équipements ou territoires). L’événement est créé par la rencontre, sur un même lieu/territoire et dans un même temps, de genres artistiques différents : la création y est alors fondée sur le métissage des modes d’expression, on assiste à une mise en scène du lieu ou du territoire ; enfin il y a recherche explicite d’un élargissement du public.
Exemples : Bouche à oreille (Puisaye-Forterre), Festival d’Île-de-France, Festival du mot (La Charité-sur-Loire), le Marathon des mots (Toulouse).

Source Ministère de la Culture et de la Communication - Secrétariat général -Service de la coordination des politiques culturelles et de l’innovation - Département des études, de la prospective et des statistiques

Source « Culture Etudes » Secrétariat général -Service de la coordination des politiques culturelles et de l’innovation - Département des études, de la prospective et des statistiques